Aller au contenu principal

L'histoire de Com'Publics en 63 rencontres - Bernard Fautrier

A l'occasion des 25 ans de Com'Publics en 2019, l'agence a édité un livre qui relate son histoire au travers de 63 témoignages. Nous les livrons sur le blog au cours de cette année. Nous poursuivons avec Bernard Fautrier, Conseiller spécial auprès du Prince souverain de Monaco.

Que pensez-vous de la stratégie mise en place par Com’Publics en cofondant les rencontres internationales des voitures écologiques (RIVE) ?

Le rôle joué par les RIVE depuis dix ans est important pour la sensibilisation au développement de la mobilité décarbonée, à l’image de ce que nous faisons à Monaco depuis quinze ans avec EVER, le Salon des véhicules électriques et des énergies renouvelables. C’est pourquoi la synergie établie entre les deux événements au travers du partenariat avec le club des voitures écologiques est essentielle. Il est indispensable, lorsque l’on promeut des technologies nouvelles, essentielles à la transition énergétique, d’avoir des leaders tels que Com’Publics.

Quel regard portez-vous sur les actions du club des voitures écologiques ?

Comme nous venons de l’évoquer, le club est une des pièces clefs permettant de développer la sensibilisation à la mobilité décarbonée.

Le club Mer et Océan permet-il un meilleur dialogue entre les acteurs publics et les associations ?

Il y a trop souvent des incompréhensions entre les divers acteurs de la mer et les ONG qui en défendent la préservation. Le club aide grandement à aplanir celles-ci.

Quels souvenirs gardez-vous de ce club Mer et Océan, et de la collaboration avec Com’Publics ?

Ne parlons pas des souvenirs, soyons dans l’action qui est plus que jamais nécessaire.
Mais les progrès sont substantiels sur les chemins qui nous conduisent à une économie bleue et à une gestion durable des océans.

Quelle image avez-vous de Com’Publics et de Marc Teyssier d’Orfeuil ?

Il faut, pour sacrifier à une terminologie à la mode, des lanceurs d’alerte mais Marc l’était bien longtemps avant que l’on ne lance le vocable.

Retour vers le Blog