Aller au contenu principal

L'histoire de Com'Publics en 63 rencontres - Michel Destot

A l'occasion des 25 ans de Com'Publics en 2019, l'agence a édité un livre qui relate son histoire au travers de 63 témoignages. Nous vous les livrons sur le blog et nous poursuivons cette aventure avec Michel Destot, ancien député et maire de Grenoble.

Pourquoi avoir créé le club des maires de la rénovation urbaine en amont des présidentielles de 2012 ?

Parce qu’il était important que la thématique de la politique de la ville, du logement et des quartiers délaissés ou en rénovation, soit prise en compte nationalement. Malheureusement, ces sujets ne sont pas toujours considérés comme essentiels dans une campagne présidentielle, à tort.

Quels souvenirs gardez-vous des réunions du club, notamment lors des années qui ont suivi son lancement en 2011 ?

Je garde le souvenir de l’écoute et du dialogue, sans sectarisme et avec la volonté de défendre les dotations de l’État dans ce domaine.

Est-ce que la convivialité de ce club vous a plu ?

Oui car la convivialité est la condition de l’efficacité en matière de lobbying.

Quels sont vos souvenirs de club et de la collaboration avec Com’Publics ?

C’est la volonté de gagner ensemble par les convictions et l’unité d’intervention.

Quelle image avez-vous de Com’Publics au-delà de ce club et de Marc Teyssier d’Orfeuil ?

Marc est le cœur et l’âme de Com’Publics. Je retiens surtout la proximité avec les élus nationaux et locaux mais aussi la diversité des interventions, je pense notamment aux PPP, à la mobilité durable, à l’égalité homme-femme et même à la gastronomie et au soutien à Chez Françoise.

Faire du lobbying, est-ce utile dans une démocratie ?

Oui, si cela repose effectivement sur des valeurs et des convictions, comme dans le cas de Com’Publics.

Retour vers le Blog