Aller au contenu principal

L'histoire de Com'Publics en 63 rencontres - Michel Sapin

A l'occasion des 25 ans de Com'Publics en 2019, l'agence a édité un livre qui relate son histoire au travers de 63 témoignages. Nous les livrons sur le blog au cours de cette année. Nous poursuivons avec Michel Sapin, ancien Président du conseil régional du Centre, puis Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.

Avez-vous souvenir de votre rencontre avec Marc Teyssier d’Orfeuil sur la muraille de chine pour la rencontre France-Chine, où il venait faire déguster du foie gras et de la viande porcine, pour le club des amis du cochon, et vous les produits de la région Centre ?

C’est la première fois que nous nous sommes rencontrés, chacun dans nos fonctions et avec nos projets, lui autour de ce fameux club des amis du cochon, et moi pour valoriser les produits culinaires de la région Centre, avec le vin de Chinon, la crème de lentille verte du Berry et le fromage de chèvre. Nous avons échangé dans ce cadre particulier. C’est quelqu’un de volontaire et d’aimable.

Quelle image avez-vous des différents clubs qu’animait Marc Teyssier d’Orfeuil à l’époque ?

Je n’avais pas une connaissance suffisante des différents clubs à l’époque, je découvrais la personnalité de Marc et l’ensemble de ses activités. C’est un peu plus tard, autour des questions concernant les PPP, que nous avons diversifié nos sujets de conversations.

Le 1er Mai 2017, Marc Teyssier d’Orfeuil vous proposait la présidence d’honneur du club PPP en Mauritanie. Pourquoi l’avoir accepté ?

Je n’étais plus ministre et pouvais donc m’engager bénévolement dans la promotion d’un outil qui, bien mis en œuvre, pouvait être très utile au développement. L’autre raison concerne la Mauritanie, ce n’est pas par hasard si ce pays avait été choisi. Depuis trente ans, je considère qu’il est mon deuxième pays.

Que pensez-vous des rencontres internationales des PPP et des PPP en Afrique ?

Ce sont toujours des moments importants qui permettent des échanges entre les acteurs, qu’ils soient publics ou privés. Le fait que des autorités d’autres pays soient très présentes est un élément de diversification et de confiance dans le fonctionnement de ces clubs et des rencontres internationales. Sur les PPP, je fais toujours passer ce message lors des rencontres : c’est un outil extrêmement utile mais exigeant en termes de transparence, de mise en œuvre et de sécurité juridique.

Quelle image avez-vous du lobbying en France et la façon dont Com’Publics exerce cette activité ?

Comme vous le savez, dans une des dispositions de la loi dite Sapin II, nous avons justement essayé de donner un statut de transparence à cette activité que nous appelons en français représentant d’intérêts. J’ai toujours défendu ce travail de représentation et de défense d’intérêts indispensable, y compris au niveau des autorités publiques. On ne peut pas leur demander d’être en capacité de comprendre la société et les enjeux économiques en n’écoutant personne. Cette activité de lobbying est nécessaire, si cela n’est pas soupçonnable, souterrain, que les conditions, même financières, soient transparentes. Marc a toujours été dans la défense d’un métier utile et dans une transparence qu’il considère indispensable. De ce point de vue, il représente bien ces lobbyistes, mot parfois considéré comme négatif, qui font bien leur travail et qui font avancer le débat d’idée.

Retour vers le Blog