Aller au contenu principal

L'histoire de Com'Publics en 63 rencontres - Serge Lepeltier

L'acier face à la fonte: la fin d'un monopole, le commencement d'un marché

A l'occasion des 25 ans de Com'Publics en 2019, l'agence a édité un livre qui relate son histoire au travers de 63 témoignages. Nous vous les livrerons sur le blog au cours de cette année. Nous poursuivons avec Serge Lepeltier, ancien maire de Bourges et ministre de l'écologie et du développement durable.

Quels souvenirs gardez-vous du dossier Europipe ?

Je venais d’être élu maire de Bourges, en 1995. J’avais lancé un des plus gros marchés de collecteurs d’eau et tous les marchés étaient fermés à l’acier. Je me souviens très bien de cette affaire, je connaissais bien les sociétés qui avaient le monopole sur certains systèmes et il fallait lever cela. Grâce à la mise en concurrence avec l’acier, le prix est passé de 150 millions de francs à 120 millions. Cette concurrence entre la fonte et l’acier a permis de faire gagner 30 millions de francs à la collectivité.

Quels souvenirs gardez-vous des actions en faveur des voitures écologiques ?

J’ai accepté très tôt cette demande de Com’Publics concernant la demi-place, demi-tarif, et je l'ai mis en place dans la perspective de la voiture électrique. Il y avait également l'enjeu des voitures de petite taille. J’ai été le premier à faire cette expérience. Très rapidement, j’ai favorisé la gratuité sur les véhicules électriques en stationnement, ce qui n’a pas forcément fonctionné, et j’ai investi très tôt dans les bornes de recharge. J’ai eu les premières Prius en France, il y en avait une cinquantaine. Ce qui est important pour moi c’est que cela donne l’exemple à la population.

Quelle image avez-vous de Com’Publics et de Marc Teyssier d’Orfeuil ?

Je n’ai pas un souvenir détaillé du système, mais j’ai une image très positive qui est en grande partie due à ma relation avec Marc. Une relation où l’on s’expliquait toujours les choses. C’est très important d’être clair !

Considérez-vous le lobbying comme un levier important de notre démocratie ?

Je ne suis pas contre le lobbying en tant que tel, parce qu’il faut des échanges mais il ne faut pas que les élus soient pour ou contre par principe. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de questionnements sur les enjeux énergétiques, j’ai l’impression que ça n’avance pas. Ça ne va pas encore assez vite au niveau national ou européen.

Retour vers le Blog